no ad
no image

Mines : La RDC lance l’Entreprise générale du Cobalt pour s’imposer dans le monde

La République démocratique du Congo veut relever un grand défi en s’investissant  dans un immense chantier dans les mines artisanales de cobalt. Longtemps indexée pour les cas de violations de droits humains, la RDC s’active à formaliser le secteur. Ainsi le lancement de puis fin Mars 2021 de l’Entreprise générale du cobalt pour encadrer l’achat et la commercialisation de la production artisanale de ce minerai indispensable à la fabrication des batteries rechargeables.

C’est ce mercredi 31 Mars que la RDC a lancé officiellement l’Entreprise générale du cobalt, EGC, société mise en place en novembre 2019 par le gouvernement congolais pour encadrer l’achat et la commercialisation du cobalt produit artisanalement en RDC. C’est en ligne comme ça se passe ces derniers temps dans le monde, que s’est déroulée cette cérémonie solennelle, en présence du DG Jean-Dominique Takis Kumbo et des partenaires (Trafigura, Kumi, PACT).
Au cours de cet événement virtuel, l’EGC a dévoilé les «?normes d’exploitation minière responsable?» censées garantir aux acheteurs et institutions financières que le cobalt est mis sur le marché de manière responsable. Les activités de la société consisteront en la création et la supervision de zones d’exploitation artisanale de cobalt sécurisées et strictement contrôlées, mais également en la commercialisation du produit. Elle aura le monopole pour acheter la production de tous les sites artisanaux.

Concrètement, ’EGC se donne le délai de  six mois à compter d’aujourd’hui, pour asseoir son monopole sur l’achat, le traitement, la transformation, la vente et l’exportation du cobalt artisanal.
Pour le volet commercialisation, elle a conclu un accord avec le géant minier Trafigura, un des leaders mondiaux du négoce de matières premières, qui l’aidera aussi pour la traçabilité de la production depuis les sites artisanaux jusqu’aux acheteurs. Les deux parties seront soutenues dans ce projet par l’ONG Pact, qui travaille aux côtés des communautés locales dans près de 40 pays pour éradiquer la pauvreté, notamment en rendant l’exploitation minière artisanale et à petite échelle formelle plus sûre et productive.
«?L’exploitation minière artisanale est un secteur qui fait vivre des milliers de personnes. A Trafigura, nous sommes fiers de notre rôle dans l’accompagnement de la formalisation de la filière du cobalt à travers le développement et la mise en œuvre de normes de contrôle rigoureuses de traçabilité?», a commenté Jeremy Weir, PDG de Trafigura.
La RDC produit 63 % de l’offre mondiale et 20 % de ses volumes annuels proviendraient de l’exploitation artisanale. Ce qui fait de lui un leader mondial sur ce marché. C’est pour faire face à l’augmentation de la demande de cobalt dans le monde, estimée au double d’ici 2030, que le gouvernement congolais s’active à formaliser et mieux encadrer son secteur artisanal.

LesNewsCd/Agence Ecofin