no ad

publications

FT.jpg
30 09, 2022 éducation

EPST : Le partenariat mondial pour l’éducation approuve l’accès à l’allocation d’un financement de USD 137 500 000 pour la RDC

Le Chef de l’État congolais Félix Tshisekedi, a au nom de son statut du Président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), parlé de l’expérience de la RDC et de la sous-région, en terme de leçons apprises pour renforcer le financement de l’éducation, afin de résoudre la crise de l’apprentissage en Afrique. Lors du « Sommet mondial sur la transformation de l’éducation » (TES) tenu ce mardi 20 septembre au bureau de l’Union africaine à New-York, en marge de la 77ème Assemblée générale des Nations Unies, le Président Félix Tshisekedi a évoqué l’expérience de l’Afrique de ce secteur de l’éducation.Présent à cette assise, le directeur général par intérim du « Partenariat mondial pour l’éducation » (PME), Charles North, a saisi l’occasion pour informer le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Tony Mwaba, de l’approbation de l’accès de la RDC à l’allocation indicative minimale d’un financement de base, pour la transformation du secteur de l’éducation d’un montant combiné de 137.500.000 USD. Pour le ministre Tony Mwaba, « cette approbation par le PME constitue un aboutissement heureux d’un long processus et de gros efforts de la part des équipes qui ont su finaliser le pacte de partenariat qui définit les grandes lignes des programmes à venir ». Ce dernier poursuit en disant « qu’il reste beaucoup à faire, à commencer par la rédaction de la requête qui viendra préciser l’utilisation concrète et pratique de cette importante allocation ». Retenons que ces assises ont connu également la participation du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Mohindo Nzangi. Bernard MPOYI


libre echo

Classement des pays africains les mieux préparés à l'e-commerce - (Infographie)
05/04, 2021

(Agence Ecofin) - Selon une récente étude de Statista*, le secteur africain de l’e-commerce est en passe d’atteindre une valeur de 24,7 millions USD cette année, pour 40,7 millions en 2025. Un boom impulsé entre autres par la Covid-19 et les blocages qu’elle a imposés au commerce conventionnel.


Didier Raoult distingué au Sénégal
05/04, 2021

De passage au Sénégal pour des travaux sur les nouveaux variants du Coronavirus, le Professeur Raoult s’est vu décorer par le président Macky Sall de la...


Nouvelles

no image

RDC: il faudra que les congolais investissent dans le secteur bancaire, recommande la gouverneure de la BCC

02/12/2022

Pourquoi le secteur bancaire congolais est-il dominé par des étrangers ? La question revient de plus en plus dans le débat public en RDC. Elle a été posée à Malangu Kabedi Mbuyi, gouverneure de la Banque centrale du Congo (BCC) au cours d’une conférence de presse. Elle a tenu à nuancer: « Une banque, c’est le capital qui est apporté par des investisseurs. C’est aussi les dépôts faits par des congolais et des étrangers. C’est également des opérations de crédit. C’est aussi le développement des innovations dans le cadre de l’inclusion financière ». Et d’ajouter:  « En faisant cette liste, vous verrez que les crédits pour développer les entreprises profitent aux Congolais que la banque soit à 100% à capitaux congolais ou étrangers. C’est normal que le retour sur investissements, c’est normal qu’il profite à l’investisseur ». Elle reconnaît cependant les défis à surmonter:  « C’est vrai que nous ne sommes pas encore dans un système où les intérêts sont produits par des dépôts, mais ça viendra. Cela profitera aussi aux congolais ». Elle souligne cependant que « les opérations de banque stimulent l’épargne ».  Et elle de lancer cet appel: Il y avait des banques à capitaux congolais, malheureusement pour diverses raisons elles ont fermé. Il faudra que les congolais investissent également dans les banques ».Une analyse comparative avec certains pairs de la région (pays très dépendants des exportations du secteur minier) souligne que l’activité bancaire en RDC est l’une des moins rentables de la région malgré des marges d’intérêts très élevées, à plus de 10 pourcents », notait en septembre 2022 le FMI dans cette étude menée par son Département des marchés monétaires et de capitaux (MCM). actualites.cd, Jeudi 1 décembre 2022

voir plus
no image

Kongo-Central : « Kimwuama 2022 » promet d’être plus révolutionnaire

10/11/2022

La cité de Kisantu s’apprête à accueillir la seconde édition de « Kimwuama », ce grand forum économique organisé par la Chambre de commerce et d’industrie du Kongo centra, CCIKC. Ce, après une première édition réussie en 2020 toujours dans la même cité.  Ces assises prévues du 17 au 20 Novembre 2022, aura pour thème : « Agro-industrie moteur de croissance et de développement du Kongo central ». Les enseignements tirés de la première édition ont servi efficacement à planifier cette deuxième édition de façon à améliorer beaucoup de choses dans l’organisation en vue de rencontrer encore plus les attentes des uns et des autres. C’est ce que votre média a appris dans les coulisses des préparatifs de « Kimwuama 2022 ». « L’agriculture est le premier secteur de développement du Kongo central. Il occupe plus de 70% des hommes et des femmes. Il va sortir la population de la pauvreté. C’est un secteur qui peut être créateur des richesses  », soutient Chantal Malamba, secrétaire général de la CCIKC. Ce qui justifie le choix du thème de l’édition en cours de préparation. Les sous-thèmes prévus touchent sur l’énergie, l’entreprenariat et l’investissement, sur le tourisme et la culture. « Sur le tourisme, il y a beaucoup de Ne Kongo dans la diaspora, cette diaspora qui commence par Kinshasa. Beaucoup de nos frères et sœurs ne connaissent pas la province, ils se disent mukongo mais ne connaissent pas ce que c’est le Kongo central. Le tourisme peut être une bonne astuce pour faire découvrir la province aux Ne Kongo, en suite à tous les autres consommateurs », argumente encore Malamba. Il sied de noter que la Chambre de commerce et d’industrie du Kongo centra, CCIKC, a été créée en 2020 pour que les Ne Kongo et les non Ne Kongo qui sont intéressés par l’économie du Kongo central puissent se tourner vers cette province pour y apporter leur contribution. « Nous cherchons à ce que le développement provienne de la base  », souligne Fely Samuna, le président de la CCIKC.Lesnews.cd

voir plus
no image

RDC : Didier Mumengi veut faire de l’agriculture, l’activité économique principale

02/11/2022

Le sénateur, Didier Mumengi booste l’état d’esprit des Congolais via son ouvrage “militariser l’agriculture” en vue de faire de l’agriculture, l’activité économique principale en République démocratique du Congo. Il est question ici pour l’orateur que les Congolais puissent se mobiliser pour lutter contre la mauvaise consommation alimentaire. Ces idéaux ont été exposés par cet homme de culture à l’occasion d’une conférence liée en marge de la célébration de la Journée internationale de la lutte contre la pauvreté en la salle du Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa. La rencontre a été organisée par la structure Congolese women pilotée par Mme Joëlle Bile, dans le cadre des 7 jours d’activisme, en faveur de l’agriculture et de l’environnement qu’elle a initié dans les différents sites de la ville province de Kinshasa. Didier Mumengi estime qu’il faut décréter l’état d’urgence de l’agriculture en créant un corps ou une force agricole militaire dans l’optique d’en faire une activité prioritaire du pays. Didier Mumengi n’était pas le seul dans cette tribune. D’autres panelistes comme Dr Serge Mbay de (Bilanga Ya Beto), Mme Madeleine Andeka, et Mme Irmine Nzuzi, ont exprimé leur intention pour le développement de l’agriculture en RDC. Cette conférence a sensibilisé les agents et acteurs du secteur agricole de recourir aux experts en vue de leur apporter des multiples pistes de solutions afin d’exterminer le problème alimentaire en RDC. Madeleine Andeka, prenant la parole au nom de la société civile, a présenté à l’assistance les 17 différents piliers de l’objectif du développement durable proposés lors de l’Assemblée générale de l’ONU en 2015 pour lutter contre la misère. « Ce projet, estime-t-elle, pour la RDC, coûterait plus de 30.000.000.000$. Sur ce, elle a interpellé chaque congolais à booster et influencer son secteur pour pallier ce problème. Complétée par la responsable de la concession Ascado Eco Lodge, qui pour sa part, a saisi l’occasion pour partager son expérience avec les participants. Et dit, avoir créé l’emploi grâce aux différentes activités exercées dans sa ferme. Il s’agit de l’élevage, la pisciculture, l’implantation des arbres fruitiers et l’agriculture qui demeurent les principales activités. Vous devez savoir en quoi vous vous attendez. Qu’est-ce que vous voulez ? Par où commencer ? Je recommande de faire de l’agriculture en groupe, ne le faites pas seul. Quand vous êtes dans un groupe, vous allez apprendre de l’expérience des autres et apprendre de vos propres erreurs. Il faut faire appel aux experts, a conscientisé l’assistance le propriétaire de Bilanga Ya Betu, Serge Mbay ». ouragan.cd

voir plus

no ad

Agenda

Pas de programme

no ad